Que visiter dans le Puy-de-Dôme ? Itinéraire et activités à découvrir

Que visiter dans le Puy-de-Dôme ? Itinéraire et activités à découvrir

 

 Faire le tour du Puy-de-Dôme, vous en rêvez ? Vous aimez les jolies villes, l’histoire et la randonnée ? Ne bougez pas, vous avez frappé à la bonne porte. Voilà un itinéraire en boucle pour découvrir cette magnifique région qu’est l’Auvergne.

 

Que faire dans le Puy-de-Dôme ?

Vous vous en doutez, ce ne sont pas les choses à faire qui manquent dans le Puy-de-Dôme. Il faudrait une vie entière pour faire le tour du département et arriver à s’en lasser. Chaque coin est différent, chaque ville a son identité propre. Et puis ces paysages, on en parle ? Si vous en doutiez, voilà une liste non-exhaustive de ce qu’il est possible de faire dans le Puy-de-Dôme :

  • randonner sur un volcan

  • manger de la truffade (beaucoup)

  • visiter de beaux musées

  • s’offrir un moment détente dans les eaux thermales (ou carrément une cure)

  • fabriquer un couteau

  • déguster de bons fromages

  • cueillir des plantes comestibles

  • se prendre pour un châtelain dans une cité médiévale

Pour faire tout ça, notre itinéraire jour après jour vous guide dans votre découverte de l’Auvergne. Conseils, infos pratiques et petites anecdotes, c’est parti !

Visiter Châtel-Guyon

Qui aurait cru qu’on trouverait des villes aux allures de station balnéaire en Auvergne ? Étonnant, mais vrai. Châtel-Guyon telle qu’on la connait s’est développée au 19e siècle, en plein essor du thermalisme. Grands hôtels et belles villas ont poussé comme des champignons, à la mode Belle Époque. En se promenant dans ce délire architectural, pas de doute sur le but premier de ces constructions farfelues : aller aux thermes, c’est avant tout se faire voir de tous. Un esprit des plus mondains, si loin de Paris, qui a attiré puissants et artistes de tout le globe. Inattendu, non ?

Ce petit monde se pressait aux Grands Thermes. Aujourd’hui fermé, l’établissement en impose. D’inspiration romaine de l’extérieur, le style intérieur varie entre roman auvergnat et années 70. Ce qui nous séduit tout de suite, c’est l’état dans lequel les thermes ont été laissés. On dirait que les locaux viennent d’être abandonnés, on entendrait presque les pas des derniers employés. Le temps reste suspendu pendant notre visite. Les (petites) chambres sont ouvertes, il y a quelque chose d’un peu glauque mais fascinant. Cerise sur le gâteau, on ouvre pour nous le patio intérieur, envahi par la végétation. Un vrai décor de cinéma ! Des visites de groupe sont organisées chaque dimanche de juillet à fin octobre, de 16h à 19h.

Sur la place, on ne peut pas rater le théâtre de Châtel-Guyon. De là, il en jette déjà : rénové récemment, son architecture à l’italienne est superbe. Si vous n’avez jamais visité de salle de spectacle, on vous le recommande vraiment. Y voir un show c’est une chose, visiter c’en est une autre. C’est vraiment fascinant et quand on aime la scène, c’est une pure expérience.

Après une promenade dans les rues de Châtel-Guyon, nous avons rendez-vous au spa Source d’équilibre. Il faut savoir que nous n’avons pas du tout l’habitude de prendre du temps pour nous faire chouchouter. C’est une nouveauté ! Le centre fournit une offre complémentaire aux curistes et un lieu de détente et de sport aux locaux. Pour nous, ce sera massage aux huiles essentielles. On ne vous détaille pas notre état de relaxation en sortant de là… Le pied.

Pour achever votre visite de la ville, prenez le temps de monter jusqu’à l’église de Châtel-Guyon. De là, un petit chemin mène au calvaire, d’où l’on a un panorama imprenable sur la vue et la plaine de Limagne et la Chaîne des Puys.

Faire une cure à Châtel-Guyon

La cure thermale, c’est vieux jeu ? Détrompez-vous. Le thermalisme a de beaux jours devant lui et l’Auvergne est la région idéale pour s’initier à la pratique. À une époque où on remet en question notre façon de consommer, notamment les médicaments, la cure thermale peut être une vraie solution pour ceux qui souffrent de maux chroniques que la médecine traditionnelle ne parvient plus à soulager.

Chaque cure propose différentes prestations en fonction de la source utilisée. Par exemple, à Châtel-Guyon, les cures s’adressent aux personnes touchées par des troubles intestinaux ou des rhumatismes. Trois semaines de cure par an (remboursées par la sécurité sociale, sous condition), dans un environnement superbe, pour se sentir mieux. Que demander de plus ?

 Où manger à Châtel-Guyon ?

Le restaurant de la Croix de fer est excellent. Situé en hauteur, il offre une jolie vue sur les environs. L’accueil est très bon et la cuisine est délicieuse. À retenir : le plateau, non, le chariot de fromage à la fin du repas.


Infos pratiques

  • Temps de visite : une demi-journée
  • Où se garer gratuitement à Châtel-Guyon ? Le parking Gübler propose 200 places gratuites à proximité du centre-ville. C’est la zone de stationnement la plus pratique pour visiter la ville.
theatre chatel guyon
grands thermes chatel guyon
patio grands thermes
art roman auvergnat dans les grands thermes
interieur grands thermes chatel guyon
sieges du theatre de chatel guyon
theatre de chatel guyon
vue depuis calvaire chatel guyon puy de dome
vue au dessus de riom

 Riom

À quelques minutes de voiture de Châtel-Guyon, voilà Riom (prononcez « Rion »). C’est au cœur de cette jolie ville médiévale que vous trouverez un terrain de jeu idéal à un après-midi ensoleillé. Le jeu : explorer, se perdre, découvrir.

Commencez par la Tour de l’Horloge et son panorama sur les toits de la ville. Le musée donne pas mal d’informations utiles pour mieux comprendre l’histoire de Riom. Notez que les maquettes sont conçues pour être manipulées par les personnes malvoyantes, un bel effort d’accessibilité.

Poursuivez vers l’hôtel Guymoneau et ses portraits sculptés, l’hôtel de ville et son buste de Rodin, la Sainte-Chapelle et le palais de justice. Si vous observez les façades, vous constaterez la variété architecturale de la ville et cette pierre sombre, si sombre. C’est la pierre de Volvic qui, contrairement à ce qu’on pourrait penser, ne s’altère pas à cause de la pollution, mais s’assombrit naturellement avec le temps. Ceci explique l’allure « dark » de la cathédrale de Clermont-Ferrand, par exemple.

Le musée Mandet

En city-trip, on apprécie la visite d’un ou deux musées. Particulièrement quand il fait très chaud dehors ! À Riom, le musée Mandet nous a ouvert ses portes le temps de découvrir l’exposition temporaire en cours. Dédié au design et aux arts décoratifs, le musée accueillait à notre passage l’expo « Les images sont inadmissibles ». Accompagnés par le conservateur en personne, ça a été une visite passionnante que nous recommandons chaudement.  L’occasion de réfléchir en profondeur à notre perception de l’image, à une époque où nous en sommes littéralement envahis.

Le musée est ouvert tous les jours du mardi au dimanche. Consultez le site du Musée Mandet pour en savoir plus.

Infos pratiques

  • Trouver un parking gratuit à Riom : quatre parkings gratuits sont à la disposition des locaux et visiteurs, à moins de 5 mn du centre-ville. Place Marinette Menut, place des Martyrs de la Résistance, Pré-Madame, Pré-Monsieur.

  • Temps de visite : une demie-journée minimum, une journée en cas de visite de musée

tour de l horloge riom
hotel guymoneau riom
balade dans riom
hotel guymoneau
facade historique riom
sainte chapelle riom
musee mandet exposition
expisiton musee mandet riom
chat a la fenetre riom


Randonner en Auvergne

Quelle randonnée choisir pour profiter du cadre exceptionnel des volcans d’Auvergne ? Comment une belle vue sur le Puy-de-Dôme ? Quel itinéraire choisir ? Les réponses se trouvent dans notre article dédié à la randonnée en Auvergne.

Royat

À seulement quelques minutes de Clermont-Ferrand, on trouve à Royat une ambiance toute particulière. Construite le long de la faille de Limagne, la ville bat au rythme de son eau et le thermalisme y a une place de choix. Comme à Châtel-Guyon, on retrouve une architecture fastueuse : des hôtels immenses sont au coude à coude avec des villas colorées, ornées de mosaïques et bas-reliefs. Pour découvrir les beaux bâtiments de la ville, il vous suffit de longer le boulevard Vaquez et de lever le nez.

Royat a attiré de grandes personnalités dans ses bains. On trouve d’ailleurs au virage du boulevard le banc que Leopold II, roi de Belgique, avait fait construire pour se reposer en allant des thermes à son hôtel.

De passage près des thermes, n’hésitez pas à glisser un œil dans le hall d’entrée. Un petit bijou visuel.

Royatonic, temple du bien-être

Difficile de passer à côté : adjacent à l’hôtel de Flore, l’immense centre de bien-être Royatonic fait la fierté des locaux. Et il y a de quoi : plus de 2 millions de visiteurs depuis l’ouverture en 2007, un espace de 2 400 m² dédié au bien-être, ouvert 7j/7. Ni une, ni deux, nous voilà en maillot et peignoir douillet. Au programme de l’après-midi, passage dans les différents bassins et massage aquatique. Encore une expérience inédite : accompagnés par une monitrice formée, nous nous laissons flotter en planche. Le but étant que, contrairement à un massage classique, ce soit l’eau qui entre en contact avec la peau et non les mains d’un tiers. Oreilles sous l’eau, yeux fermés, ce sont 30 minutes d’une étrange danse aquatique qui nous plongent très vite dans une méditation profonde. Sous l’eau, il n’y a pas un bruit.

Ce que nous avons réellement apprécié à Royatonic, c’est bien la diversité des profils. Enfants, ado, femmes enceintes, sportifs, personnes âgées ou groupe d’amis se retrouvent dans les bassins pour papoter et se faire plaisir. Si ce genre d’activité n’est pas dans nos habitudes, les visiteurs nous expliquent que « c’est comme aller au cinéma ». Été comme hiver, les bassins intérieurs et extérieurs ne désemplissent pas. Fait intéressant : si vous achetez un soin au spa, l’accès aux bassins est gratuit pour le reste de la journée. Ça se réfléchit, non ?

Pour casser plus encore cette image plutôt vieillotte que l’on pourrait avoir de ce type d’activité, des esprits passionnés ont créé les les Accros du peingoir . Ce collectif revendique le port du peignoir pour valoriser le secteur du bien-être dans le Massif central. Une idée loufoque qui a le mérite de marquer les esprits !

Infos pratiques :

  • Se garer à Royat : derrière Royatonic, un grand parking payant reste la solution la plus simple pour visiter Royat.
  • Temps de visite : une demi-journée ou une journée complète si vous passez par Royatonic pour un soin (ou juste un plouf)
  • Visiter le site officiel de Royatonic
  • L'office de tourisme se trouve de l'autre côté de l'hôtel de Flore
immeuble royat
hotel de royat
thermes de royat
entree thermes royat
architecture royat
visite de royat
royatonic bain interieur
royatonic exterieur


Issoire

Sur la route vers Usson, nous avons fait un stop à Issoire. Le temps a manqué pour découvrir la ville, mais un petit tour à l’abbatiale Saint-Austremoine vaut bien un détour de quelques minutes.

Classé aux Monuments Historiques, l’édifice est impressionnant. 65 mètres de longueur, 17 mètres de largeur et 23 mètres de hauteur sous la coupole. Rien à voir avec la petite chapelle de quartier. À l’intérieur, surprise ! La pierre est peinte dans des tons rouges et ocres. Ambiance chaleureuse plutôt inhabituelle. Les peintures datent du 18e et il parait qu’elles ont fait hurler les puristes, à l’époque. À vrai dire, ce genre de fresques existait déjà il y a fort longtemps, avant que ce style de décoration ne soit abandonné au profit de la sobriété de la pierre nue.

Poursuivez la visite dans la crypte en passant à la gauche de la nef. Au sous-sol, vous trouverez de belles arcades, une statue de la Vierge, des reliques de Saint-Austremoine et surtout, de la fraîcheur. En sortant de la crypte, ne manquez pas de lever le nez vers le grand orgue, il est impressionnant.

Où manger à Issoire ?

Notre détour par Issoire n’était certes pas désintéressé. Quand l’estomac gargouille, il faut agir. C’est à la Table d’Arthur que nous avons déjeuné un très bon repas. Des prix abordables, un service impeccable dans un petit restaurant qui affiche vite complet. La carte était en refonte lors de notre passage et nous avons dû nous plier au menu imposé. Rien à redire à ça : varié, frais, bref, délicieux.

Infos pratiques

  • L’abbatiale est ouverte tous les jours de 8h à 19h30 (20h en hiver)

  • L’office de tourisme se trouve en face de l’édifice

 

abbatiale saint austremoine allee principale
colonne peinte abbatiale issoire
orgue allee principale abbatiale issoire
bougies abbatiale issoire
crypte abbatiale saint austremoine
abbatiale saint austremoine issoire de l exterieur

Usson

On le voit à des kilomètres, perché sur sa butte volcanique. Le village d’Usson surplombe la vallée et appelle les visiteurs curieux. Il fait partie des villages à visiter dans le Puy-de-Dôme sans hésitation, à notre tour de le découvrir !

Réservée aux locaux, la circulation en voiture est interdite dans la cité. Un grand parking en contre-bas, gratuit, offre un bon nombre de stationnements. Pour visiter Usson, le mieux reste de faire un saut à l’office de tourisme. Vous y trouverez une brochure fort utile, avec quelques informations, mais surtout une carte. Deux itinéraires s’ouvrent à vous : un court et un plus long. Vous n’êtes cependant pas obligé de choisir, nous avons fait les deux.

Ici, pas besoin de garder le nez collé à la carte. Le village n’est pas très grand et il suffit de suivre les salamandres. Ces carreaux indiquent les points d’intérêt à ne pas louper. Vous découvrirez assez vite le lien étroit entre Usson et la Reine Margot. Pour la faire court, elle y a passé 19 ans, dont une partie emprisonnée dans le château qui n’existe plus aujourd’hui. Des histoires de religion et de pouvoir. Si l’histoire de cette chère Marguerite vous intéresse, nous vous invitons à creuser le sujet et, en plus, à lire le roman d’Alexandre Dumas (fictionnel mais terriblement captivant) ainsi qu’à voir le film de Patrick Chéreau, avec Isabelle Adjani

Poursuivez en passant devant la forge et la maison des gardes, reconnaissable à son grand mur d’enceinte austère. Au-dessus, l’église St-Maurice constitue un joli point d’arrêt. Le balcon propose une très jolie vue sur les environs et, en contre-bas, sur les potagers. Des chats pépères se prélassent dans les herbes hautes en quête d’une proie facile.

En longeant la butte, par l’itinéraire long, prenez le temps de vous arrêter devant les orgues basaltiques. Un banc vous attend là, histoire de reposer vos gambettes peut-être fatiguées par la montée (ou toute autre raison). Et encore, cette vue.

Qu'est-ce qu'un orgue basaltique ?
C’est le nom qu’on donne aux coulées de lave refroidies. Le changement de température entraîne une rétractation de la lave qui prend une forme hexagonale caractéristique. C’est un phénomène que l’on trouve à plusieurs endroits en Auvergne, dévoilé grâce à l’érosion des sols.
orgues basaltiques usson

En poursuivant à l'arrière de la butte, on longe en réalité les anciens remparts. Il reste pas mal de ruines et on imagine bien la disposition des lieux. C’est un endroit assez chouette car peu aménagé, finalement. Comme si l’arrière de la butte avait été volontairement laissé à l’abandon. En poursuivant, vous trouverez des toilettes publiques (indispensables) et la porte de France, anciennement l’entrée de la cité.

Le clou du spectacle se situe au sommet et, pour y accéder, un chemin part de l’église. Comptez 5 petites minutes d’ascension, rien de bien méchant. Là-haut, une statue de Vierge pointe vers le ciel. Pas étonnant qu’elle soit visible à des kilomètres : d’un blanc étincelant, elle fait en réalité plusieurs mètres de hauteur !

eglise saint maurice usson
poules curieuses usson
salamandre reine margot circuit usson
rue usson forge maison des gardes
chemin des remparts village usson
maison fleurie village usson
lola sur un banc a usson
vierge marie sommet usson
chapelle usson reine margot
vue depuis la statue de la vierge a usson

  

Découvrir le haut-Forez à la Jasserie du coq noir

À l’est du département se trouvent les Monts du Forez. À notre passage, l’endroit semble peu fréquenté par les vacanciers, qui manquent pourtant quelque chose. Notre point de chute se situe à la Jasserie du Coq Noir, à une vingtaine de kilomètres d’Ambert.

Qu’est-ce qu’une jasserie ? Pour faire simple, c’est une maison d’estive. En altitude donc, elle accueillait les femmes et leurs enfants qui emmenaient les bêtes paître pendant l’été. Oui, dans le Forez, ce ne sont pas les hommes qui faisaient le boulot. Eux restaient dans la vallée pour travailler pendant que la famille, anciens inclus, s’occupait du troupeau. Les jasseries sont conçues pour accueillir ce petit monde et les bêtes sous le même toit. 

Que faire à la Jasserie du Coq Noir

Rénovée et entrenue par l’association du Coq noir, la jasserie est aujourd’hui un lieu d’accueil, de restauration, d’animation, de départ en balade… Bref un lieu de rendez-vous des amateurs de nature et de bonne bouffe, du coin ou d’ailleurs. Une belle programmation de concert anime les lieux chaque été. Pour plus de détails, rdv sur le site de l'association où vous trouverez toutes les informations.

On trouve également à la jasserie un petit musée vraiment bien fait qui résume la vie telle qu’elle était au début du 20e siècle, lorsque la bâtisse était en service. Le lieu se veut ludique et pédagogique, tourné vers la sensibilisation à la nature. Pour cela, des balades contées et des cueillettes de plantes comestibles, entre autres, sont organisées par l'association. Un beau projet porté avec dynamisme.

jasserie du coq noir
interieur jasserie
musee de la jasserie du coq noir
fourme d ambert jasserie
balade monts du forez
racine de gentiane forez
jasserie monts du forez
bouquet fleurs comestibles
lola marche monts du forez
vaches puy de dome
fourme d ambert et jus de myrtilles

Faire un détour sur la route des fromages AOP

Sur la route de la jasserie, vous trouverez une indication « route des fromages AOP ». Écoutez ce que dit votre estomac et laissez-vous guider. Quelques mètres plus loin, vous trouverez la ferme des Supeyres qui, comme son nom l’indique, est plutôt chouette. Vous y trouverez des fromages faits sur place avec le lait des vaches du champ d’à côté. Le fromage phare, ici, c’est bien sûr la fourme d’Ambert. La ferme dispose de l’appellation AOP qui garantit le respect des contraintes d’élevage et de fabrication. L’accueil est assuré par un gentil chien nommé Cow-Boy qui ne manquera pas d’alerter de votre présence.

La ferme est ouverte tous les jours sauf le jeudi et le dimanche, de 10 h à 12 h 30 et de 15 h à 17 h 30. Pendant l’été, il est possible d’assister à la traite des vaches en estive. Pour cela, rendez-vous à la ferme à 17h15 pétantes ou directement au col des Supeyres. Plus d'informations ici.

visite de la ferme des supeyres
fabrication fourme d ambert
tomme fourme d ambert
veau ferme des supeyres

Thiers

 Consultez notre article Visiter Thiers pour en savoir plus sur cette jolie cité médiévale.


Conclusion

Le Puy-de-Dôme est un département qui réserve pas mal de surprise, où il y a encore beaucoup à découvrir. Les familles autant que les voyageurs solo y trouveront leur compte. Nous avons apprécié la richesse architecturale des villes dans lesquelles nous sommes passés, mais ce que nous avons préféré bien sûr, c’est le nombre infini de randonnées à faire. Chez nous, des envies de trek entre les volcans se profilent déjà. 

Si notre visite du Puy-de-Dôme s’achève ici, nos aventures en Auvergne sont loin d’être finies. Notre itinéraire nous a également conduits dans le Cantal, un département encore bien différent du Puy-de-Dôme.

Reportage réalisé en partenariat avec Cantal Destination et le conseil départemental du Puy-de-Dôme pour Auvergne Destination Volcans

 

 

Vous avez aimé notre article sur le Puy-de-Dôme ?

Partagez-le !  C'est une façon simple de nous soutenir et (qui sait ?) d'entraîner vos amis vers une nouvelle aventure.

 

 
 

 

Envie d'en voir plus sur l’Auvergne ? Rejoignez-nous sur les réseaux sociaux !

1 abonnement = 1 coup de pouce !