Visiter Tokyo : Que faire en 7 jours ? Guide par quartier

Visiter Tokyo : Que faire en 7 jours ? Guide par quartier

Difficile d’aller au Japon sans passer par Tokyo. La capitale saura vous immerger dans le grand bain de la culture japonaise et vous en mettre plein les yeux. Ce guide complet par jour et par quartier vous emmène visiter Tokyo en une semaine : vous trouverez sur votre chemin l'essentiel d'un séjour dans la capitale nippone et quelques découvertes insolites.

Suivez le guide !

En voyage ou en PVT Japon, on ne peut passer à côté de la capitale. Visiter Tokyo, oui, mais une semaine suffit. Certains diront que c'est trop court, d'autres diront que c'est trop long. La ville enchantera les amateurs de mégalopole aux mille facettes et fatiguera ceux qui préfèrent le charme et le calme des villes moins denses. Chacun sa manière de réagir à la fourmilière qu'est Tokyo.

Une semaine permet de parcourir la ville en long et en large, d'en apprécier les atours et d'en partir avant de ressentir le besoin de fuir. Une semaine de Tokyo, pour nous, c'est une bonne dose. À vous de jauger !

Découvrir Tokyo, la mégalopole

L'immensité de Tokyo, la diversité de ses quartiers, l'activité humaine foisonnante, en bref, la démesure de la capitale donnera le vertige à ceux qui y mettent le pied pour la première fois. Il faut dire que la ville est classée parmi les premières aires urbaines les plus peuplées au monde. Imaginez 38 millions de personnes qui se croisent tous les jours ! Pour info, l'aire urbaine de Paris compte environ 12 millions de personne... Incomparable !

Adieu Edo, bonjour Tokyo

Appelée Edo jusqu’à la chute du shogunat et la restauration de Meiji en 1868, la capitale de l’empire du soleil levant est baptisée Tokyo pour marquer une nouvelle ère : 東京(とうきょう )se traduit littéralement par « capitale de l’Est ». L’orthographe correcte est par ailleurs « Tôkyô » que, pour des raisons de confort de lecture (et d’écriture, avouons-le), nous avons simplifié.

La ville a subi de gros dommages au cours du XXème siècle. Ravagée par une multitude d'incendie en 1923, suite à un puissant séisme, puis bombardée par l'armée américaine pendant la Seconde Guerre mondiale, la ville a dû renaître de ses cendres et se reconstruire. L'architecture de la capitale du Japon oscille donc entre un style ultra moderne et traditionnel, dans les anciens quartiers où les bâtiments ont survécu jusqu'à aujourd'hui.

Pourquoi prévoir un circuit pour décourir la ville

Quand on voyage à Tokyo, il est essentiel de savoir cibler ses visites et de les organiser en terme géographique. Ne vous prenez la tête à courir d'une ligne de métro à une autre pour zigzaguer dans toute la ville, c'est une perte de temps monumentale compte tenu de l'immensité des lieux. Définissez chaque journée autour d'une zone, en fonction des quartiers que vous voulez voir. Par exemple, ne programmez pas de voir le quartier Shinjuku, Akihabara et Ginza dans la même journée. Faites plutôt Shinjuku, le Yoyogi Park et Harajuku, vous aurez ainsi exploré la zone confortablement, en une journée bien remplie. Chaque jour, sa zone à découvrir. 

faire du shopping dans le quartier ginza

Se déplacer à Tokyo

Le train et le métro sont les meilleurs moyens de transport à Tokyo et dans l’archipel, plus généralement. Le réseau ferroviaire est très développé et particulièrement efficace ! Au vu de la complexité des plans de métro, on peut penser qu'on s'y perd facilement. Détrompez-vous ! Si se déplacer à Tokyo est (quasiment) un jeu d'enfant, il y a tout de même quelques petits trucs à savoir. 

Notre article Train et métro à Tokyo vous explique tout et, muni de votre fidèle Japan Rail pass, la ville est à vous !

Quel budget pour un séjour à Tokyo ?

Disons-le clairement : le Japon, c’est cher. Visiter Tokyo demande donc un certain budget pour apprécier la ville pleinement. Bien sûr, nous avons tous nos envies et nos façons de dépenser, mais ne serait-ce que subvenir à vos besoins de base demande un budget au-dessus de la moyenne.

Puisqu’il s’agit de la capitale du pays, là aussi, enfonçons une porte ouverte : Tokyo est la ville la plus chère du Japon. Certes, mais il y a tout de même moyen de se débrouiller pour voyager moins cher :

  • choisir la bonne période de l’année : évidemment, si vous souhaitez voir les cerisiers en fleurs, les prix des billets d’avion et des chambres d’hôtels risquent de vous donner froid dans le dos. Avant d’arrêter vos idées, lisez notre récapitulatif qui vous aidera à savoir quand partir au Japon

  • surveiller le cours du yen : 1€ = 130 yens. En changeant vos euros en yens, vous êtes nettement gagnant. Reste à faire le change au bon moment et à des taux de change acceptable, c’est un élément à prendre en compte pour préparer son voyage. Attention : l’usage de la carte bancaire prend peu à peu le pied sur le liquide, mais vous aurez toujours besoin de monnaie (et donc de change) sur vous.

  • Optimiser les déplacements : le métro représente un sacré budget dans un séjour à Tokyo, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle ce guide de voyage rassemble les points d’intérêts de chaque quartier et vous permet ainsi d’économiser des déplacements. Pensez-y !

Et le budget nourriture ?

Au Japon, vous constaterez que manger ne vous ruinera pas. On peut manger un repas entier bien pour pas cher. Voici quelques possibilités pour calculer votre budget nourriture à Tokyo et en voyage au Japon :

  • Manger en restaurant standard : un repas complet dans un petit restaurant ne vous coûtera souvent pas plus de 700 yens. Bien sûr, tout dépend du standing de l’établissement, mais sachez qu’on peut très bien manger dans des petits boui-boui qui ne payent pas de mine. Un bol de riz, une croquette, un yakitori, quelques légumes accompagnés d’un verre de thé hôjicha et c’est reparti. N’hésitez pas à vous entrer au hasard dans des enseignes et à tester sur place ! À Tokyo, la plupart des cartes des restaurants sont traduites en anglais.

  • Manger en restaurant haut de gamme : la gastronomie japonaise est réputée mondialement et on comprend bien que vous ayez envie de tester quelques références sur place, comme le boeuf de Kobe, le suppon (une tortue à carapace molle appelée trionyx) ou encore l’unagi (l’anguille). Là, le budget est plus élevé, cela va de soi.

  • Profiter des kombini (abréviation de « convenience store ») : ces supérettes que l’on trouve à chaque coin de rue sont ouvertes 24h/24 et sont des points de ravitaillement essentiels pour les Japonais et les voyageurs au Japon. Seven eleven, Lawson, Family Mart… À vous de choisir votre branche préférée ! On y trouve des onigiri (ces boulettes de riz délicieuses), des bentô (des plats préparés), des magazines, des boissons fraîches ou chaudes (un matcha et la journée peut commencer), des produits de première nécessité et des produits « d’urgence », comme des collants, des cravates, des chargeurs de téléphone au cas où.

Boire un coup et sortir

Pour ce qui est des bars au Japon, les tarifs sont légèrement plus élevés qu’en France. En izakaya (le bar traditionnel japonais), les consommations d’alcool et de nourriture font bien vite grimper la note. Les pubs proposent des meilleurs prix, raisonnables en faisant la conversion en euro.

La bière et l’alcool de manière générale coûte somme toute assez cher (y compris en magasin). Sachez qu’il vous faudra débourser environ 800 yens pour une pinte de bière et un minimum de 1000 yens pour goûter à un saké d’une qualité raisonnable.

À savoir
Au Japon, on ne laisse pas de pourboire pour le service en bar ou en restaurant. Pourquoi ? Parce que seuls les moines font l'aumone et que laisser de l'argent est considéré comme tel. C'est comme ça ! Ne payez que ce que vous devez, sauf si une « boîte à tips » est posée sur le comptoir.

Où dormir à Tokyo?

Petit ou gros budget, voyage en famille ou voyage solo, il y a forcément un logement pour vous à dans la capitale nippone. Vous préférez l’ultra-moderne ou le traditionnel ? À vous de choisir.

Trouver un hôtel

Budget : moyen/élevé

Il existe une flopée d’hôtels à Tokyo et vous trouverez forcément la chambre qu’il vous faut, dans vos prix. Bien sûr, les prix varient en fonction de la période de l’année à laquelle vous décidez de réserver votre logement. Du petit hôtel de quartier au superbe hôtel Hyatt, quel sera votre choix ?
Réservez vite votre chambre d'hôtel à Tokyo.

Se loger en ryokan, l’auberge traditionnelle

Budget : élevé

Vous rêvez de dormir dans un futon ? De dîner en yukata une délicieuse cuisine japonaise? De vivre sur un tatami ? Faites l’expérience du ryokan, l’auberge traditionnelle japonaise. Si les tarifs sont bien souvent élevés, l’expérience vaut le coup.
Réservez ici votre séjour en ryokan.

Se loger en guesthouse/auberge de jeunesse

Budget : abordable

Simplicité et petit prix, une place en auberge de jeunesse est encore le meilleur compromis pour ne pas faire exploser son budget au Japon ! Lit en dortoir ou chambre privée, choisissez la solution adaptée à vos envies et à votre budget. Si vous voyagez en solo, c’est également une bonne solution pour trouver un compagnon de voyage et flâner dans Tokyo ensemble.
Réservez vite votre guesthouse !

Dormir dans un capsule hotel

Budget : abordable/moyen

Un capsule hotel, qu’est-ce que c’est ? Appelé « hôtel capsule » en français, c’est un hôtel où les chambres sont réduites à des espaces confinés, composés d’une cabine-lit par personne. Initialement, ce concept était destiné aux salary-men ayant raté le dernier train ou trop éméchés pour rentrer chez eux. Si l’espace est réduit, le confort est bien là, à condition de ne pas être claustrophobe.

Les capsule hotel sont un type de logement qui attise la curiosité des voyageurs au Japon. Si vous souhaitez tenter l’expérience, renseignez-vous bien sur le règlement de l’établissement ciblé : la plupart des clients des capsule hotel sont des hommes et l’accès aux femmes est donc bien souvent refusé. Mesdames, ne vous vexez pas ! Il existe certains établissements qui proposent une partie réservée à la gent féminine.
Réservez ici votre capsule pour une nuit insolite !

Faire du couch-surfing, dormir chez l’habitant ou en famille d’accueil

Si votre budget est TRÈS limité et que vous avez l’esprit d’un aventurier-social, pensez au couch-surfing. Vous pourriez faire de belles rencontres et découvrir Tokyo autrement. Passez quelques jours chez l’habitant, c’est le meilleur moyen de découvrir la vie quotidienne des Japonais. Pour entrer en contact avec vos futurs hôtes et organiser votre séjour, rejoignez Couchsurfing.com, LA référence en matière de couch-surfing !

Vous pouvez également trouver une famille d’accueil qui, moyennant finances, partagera son quotidien avec vous. Une chouette expérience pour vivre une immersion totale ! Le site Homestay.com vous aide à trouver votre une famille d'accueil pour votre prochain voyage.

Visiter Tokyo en une semaine, guide par jour et par quartier

Que faire à Tokyo ? Difficile de faire un choix tant la capitale du Japon recèle de curiosités. Concrètement, vous pourriez pointer un endroit au pif sur la carte de Tokyo, y aller et trouver quelque chose d'intéressant à voir. Il y a tellement de temples, de sanctuaires, de parcs, de musées, de quartiers charmants ou insolites qu'on y perd la boule !

Puisqu'il faut bien faire un choix, nous vous proposons un guide jour par jour et quartier par quartier pour visiter Tokyo et profiter de toute la diversité qu'ils renferment: culture et histoire, mode et shopping, manga et autre geekerie, religion et spiritualité, parc et nature, architecture et paysage. Des immanquables aux petits trésors cachés, c'est parti pour une visite guidée de Tokyo en une semaine

Cet itinéraire est une base que nous vous proposons. N’hésitez pas à le modifier, à inverser des jours, à piocher des conseils par-ci par-là, bref, soyez créatifs !

 

Jour 1 : le quartier d'Asakusa et d'Akihabara

Pourquoi commencer par le quartier d'Asakusa ? Parce que c'est là que vous trouverez une guesthouse pas trop chère et un quartier agréable à séjourner. Si vous venez d'atterrir au Japon, vous aurez besoin de vous reposer et d'encaisser le décalage horaire. Hors, à Asakusa, vous pourrez vous promener à pied et entamer votre introduction à Tokyo. Et quelle introduction !

Asakusa, le Senso-ji, le Kaminarimon et les jolies boutiques

Après avoir posé vos valises, faites un petit tour du côté du Kaminarimon, la « porte de la foudre » en français. Au passage, saluez les divinités du vent et du tonnerre, qui vous accueilleront avec de belles grimaces, de part et d'autre de la grande lanterne. Ce superbe portail vous mènera à l'intérieur de l'enceinte du Senso-ji, le plus vieux temple bouddhiste, dédié à la bodhisattva de la miséricorde, Kannon. Avec son toit pagode à cinq étages, c’est un incontournable à visiter à Tokyo.

Vous traverserez Nakamise-dôri, une grande allée qui abrite un marché semi-couvert, où vous pourrez acheter vos premiers taiyaki, de délicieuses brioches en forme de poisson, fourrées à la pâte de haricot rouge. Ces douceurs ont toute leur place dans la gastronomie japonaise !

Prenez le temps d'explorer le temple sensōji et d'observer le comportement des Japonais dans leur lieu de culte. N'hésitez pas à les imiter, si le cœur vous en dit. Voilà votre première dose de spiritualité ! Vous constaterez, lors de votre voyage au Japon, que la religion et la spiritualité ont une place importante dans le quotidien des gens. Sanctuaires shintô et temples bouddhistes cohabitent, chaque religion ayant sa place dans la vie des Japonais. Faire un détour par le sanctuaire ou le temple du coin, balancer ¥5, prier, saluer et repartir fait partie d'une journée normale. Ceci explique le nombre étonnamment élevé d'édifices religieux, petits et grands.

 En sortant du Senso-ji, vous vous trouverez dans quelques galeries marchandes couvertes, où vous trouverez restaurants et épiceries diverses. Si un commerçant vous alpague et vous propose de goûter un légume en saumure, acceptez immédiatement ! L'aspect est certes répugnant mais c'est délicieux. De manière générale, goûtez tout ce qu'on vous propose au Japon, vous ne serez pas déçu. 

Astuce !
À Asakusa, l'un des plus importants matsuri (festival) de Tokyo a lieu le troisième week-end du mois de mai de chaque année. Un cortège se déplace dans tout le quartier et fait un saut au Senso-ji, pour saluer la déesse Kannon. Danses et musiques traditionnelles, défilés de chars sur lesquels sont baladés les kami (les dieux shintô), bonne cuisine à profusion et surtout beaucoup de monde rassemblé pour l'occasion. Si vous êtes dans les parages à cette période, réservez bien votre logement à temps (si vous souhaitez dormir à Asakusa) et ne ratez pas l'événement !
quartier asakusa kaminarimon
asakusa rues commerçantes senso ji souvenirs
faire du shopping a asakusa
culture japonaise
temple sensōji
temple Sensō-ji
galerie marchande asakusa
asakusa bonne adresse
poisson riviere asakusa

 

En arrivant dans le quartier d'Asakusa, vous n'aurez pas manqué de remarquer une drôle de flamme dorée posée au sommet d'un building carré, de l'autre côté de la rivière Sumida. Sachez que ce bâtiment, sensé représenter une pinte de bière, est le siège de la société Asahi, le grand producteur de bière japonaise.

Si leur produit est plutôt plaisant, le design de leur siège, lui, l'est un peu moins et la flamme dorée - sensée être la mousse de la-dite pinte de bière - est ironiquement surnommée the « golden turd » (comprenez bien le « caca doré ») par les Japonais, pour le plus grand amusement des touristes. La blague est d'autant plus drôle quand on sait que cette oeuvre a été conçue par le célèbre Philippe Starck. Le bâtiment a le mérite d’être photogénique.

 

flamme asahi

Akihabara, royaume de l’otaku

Le quartier d'Akihabara (aussi surnommé Akiba) n'est pas très loin et vous fera basculer du « côté geek » du Japon. Vous pourrez y trouver un nombre incroyable de magasins d’électronique, de librairies de manga, figurines et autres produits dérivés, de pachinko, de salles d'arcade où vous devez impérativement faire un tour. Même si vous n'êtes pas orienté anime et jeux vidéos, prenez le temps de découvrir le poids lourd qu'est la pop-culture au Japon. Visiter Tokyo, c'est aussi constater le choc des univers qui cohabitent au Japon et les nombreux magasins du quartier d’Akiba sont un immanquable d’un premier voyage dans la capitale nippone.

N'hésitez pas à entrer dans les magasins qui vous interloquent et à être curieux, quitte à tomber sur des boutiques un peu glauques (ça fait partie du jeu). C'est un univers qui mérite qu'on s'y intéresse et s'il y a bien un endroit à Tokyo pour le faire, c'est Akihabara. Amateurs de livres, faites un tour au Book-off pour y dénicher des perles à ramener en France. Avant de partir, visite obligatoire du géant Yodobashi Camera, l'équivalent de la Fnac ou Darty puissance 12. 

 

maid cafe
akihabara avenue passage piéton
quartier akihabara magasin manga

Jour 2 : le quartier de Shinjuku, le Meiji-jingu, Yoyogi park, Harajuku et Shibuya

quartier shinjuku tokyo metropolitan

En ce deuxième jour de visite à Tokyo, chaussez vos meilleures baskets pour une journée de marche. Munissez vous d'un plan de la ville papier ou sur smartphone pour ne pas vous perdre.

Shinjuku et son panorama sur Tokyo

La première étape vous amène au quartier de Shinjuku pour un saut à peid joint dans le modernisme. Quartiers des affaires, vous y trouverez de hauts buildings à l'architecture des plus remarquable. Matières, courbes, lignes, le passionné de design a de quoi s'émerveiller.

Partez de la gare de Shinjuku, à quelques blocs de là se trouve le siège du gouvernement métropolitain de Tokyo (Tokyo metropolitan), un grand building composé de deux tours construites dans un style qu'on pourrait qualifier de gothique ultra-moderne. On peut y voir une ressemblance certaine avec le design de la cathédrale Notre-Dame de Paris et ses deux tours.

Hormis l'intérêt visuel du building, pourquoi prendre la peine de s'y rendre ? Parce qu'il abrite un observatoire qui culmine à 202 mètres de hauteur et dont l'entrée est libre. Si votre budget voyage au Japon est serré, c’est une opportunité à ne pas louper, les entrées gratuites sont une denrée rare.

Un gentil agent de sécurité vous guidera vers l'ascenseur prévu pour mener les visiteurs à bon port et vous pourrez profiter d'un panorama à 360° au-dessus de la mer urbaine tokyoïte. Avec un peu de chance et selon la météo, vous pourrez apercevoir le fameux volcan conique et qui sait, selon la saison, vous envisagerez l'ascension du Mont Fuji ?

Détour nocturne par Golden Gai

Les ruelles animées que l’on appelle Golden Gai se trouvent au coeur de Kabukicho, le « quartier chaud » de Shinjuku. Territoire des yakuza, clubs, bars et love hotels, le quartier est une attraction à part entière. Au milieu de cette agitation, Golden Gai a des allures de bidonville : cet enchevêtrement de petites ruelles illuminées datées du début du XXème siècle vous promet bière, bonne ambiance, nouilles à consommer sur place et belles lumières. Photogénique et préservé, ce quartier très animé est un concentré de vie nocturne japonaise.

quartiers chaud shinjuku
capitale japonaise
vu sur la baie de tokyo

Le parc de Yoyogi, le Meiji-jingu et Harajuku

Après avoir admiré chaque recoin de la ville, dirigez-vous vers le parc de Yoyogi (Yoyogi Park), au sud de Shinjuku. Vous marcherez au milieu de résidences plutôt modernes, vous croiserez quelques beaux hôtels. Au bout de votre route, vous vous trouverez face à une forêt, une vraie forêt en plein cœur d'un quartier de Tokyo si moderne ! Un grand torii, ces fameux portails de bois qui marquent l'entrée des sanctuaires shintô, vous ouvre la voie.

Conseil aux voyageurs : au Japon, fais comme les Japonais
Avant de passer sous un torii, et donc de pénétrer le domaine des dieux, il faut faire signe de respect: faites une pause, serrez les talons et saluez, en signe de déférence. Observez les habitudes des Japonais pour faire ça comme il faut. Rien ne vous y oblige, mais c'est quand même plus sympa, non ?

Vous entrerez alors dans l'enceinte du Meiji-jingu, le sanctuaire le plus important du Japon. Il vous faudra marcher un peu pour le trouver et si celui-ci est bien caché entre les arbres, c'est que le sanctuaire abrite les cérémonies shintô qui impliquent l'empereur. C'est également là qu'est placé le mausolée de l'empereur Meiji, décédé en 1912. C'est sous son règne que le Japon est sorti de son isolement et est devenu le puissant pays que l'on connaît aujourd'hui. Visiter le Japon et Tokyo, sans faire un tour au Meiji-jingu, c'est passer à côté de l'épicentre de la religion shintô et c'est bien dommage.

Vous pouvez acheter un ema, l'une de ses petites tablettes de bois illustrées, sur laquelle vous devrez noter un vœu et la suspendre avec les autres. C'est une prière que vous adressez directement aux kami, restez poli car ils parlent aussi français (c'est bien connu). Vous en trouverez dans chaque sanctuaire qui se dressera sur votre route lors de votre séjour au Japon. Voilà de jolies souvenirs de votre périple nippon à ramener à la maison.

Si vous vous rendez au Meiji-jingu en week-end ou lors de jours fériés lors de votre semaine à Tokyo, vous aurez peut-être la chance de tomber sur un mariage. Vous pourrez admirer les magnifiques costumes du couple et prendre quelques belles photos, soit de loin, soit en demandant l'autorisation, bien sûr.

 
quartier meiji jungu et parc yoyogi
meiji jingu sanctuaire torii
meiji jingu ema j
meiji jingu sanctuaire interieur
meji jingu porte
meiji jingu arbre interieur
parc yoyogi offrandes
pont harajuku
quartier harajuku teshita dori

 

Poursuivez votre promenade dans le parc Yoyogi et rejoignez le pont qui mène au quartier de Harajuku. Faites un tour sur l’artère principale, la Takeshita-dôri, et dans les ruelles qui en partent pour explorer le royaume de la mode alternative et un quartier incontournable.

La mode excentrique qui puise ses racines à Harajuku est mondialement connue et est une source d'inspiration pour de nombreux artistes et créateurs. Gothic, kawaii et wa Lolita, industrial et cyber punk, gyaru, cosplay en tous genres, attendez-vous à découvrir de nombreux magasins hauts en couleurs, qui témoignent de l'engouement des jeunes (et moins jeunes) Japonais pour les fringues originales. Vous voilà des bien loin des enseignes chics qui bordent Ginza et de l'ambiance business de Shinjuku. En fouinant comme il faut, vous tomberez sur des petites galeries et des expositions. Un détour à la Totti Candy Factory est un must-do pour les grands gourmands.

Au Japon, on ne juge pas les gens sur leur tenue vestimentaire. Tout le monde s'habille comme bon lui semble et c'est très chouette à voir. Le quartier recèle de petites boutiques sympas, prenez le temps de vous enfoncer dans le quartier pour les découvrir. Si vous cherchez quoi faire à Tokyo en fin de semaine, sachez que des rassemblements en tenues ont parfois lieu le week-end, le plus souvent sur le pont. Faites-y un tour pour de prendre de chouettes photos, toujours en demandant l'autorisation aux modèles. 

deux filles japonaise marchant dans le centre ville de la capitale

 La suite du programme vous mène vers Shibuya, en passant par Omotesandô, les « Champs-Elysées » du Japon. C’est une grande artère fréquentée et réputée parmi les lieux incontournables du shopping à Tokyo.

Faites-y un détour, vous y trouverez grands magasins, enseignes lumineuses, buildings vertigineux. Petit paradis du shopping, vous trouverez votre bonheur si vous aimez les beaux magasins des grandes villes. Certains voyageurs font le trajet jusqu'à Tokyo juste pour passer du temps sur Omotesandô ! Comme quoi, chacun ses raisons de visiter Tokyo.

grands magasins à omotesando
grande avenue de omotesando

 Shibuya, de jour ou de nuit

Pour rejoindre le quartier de Shibuya, vous pouvez prendre la ligne Ginza depuis la station Omotesandô si vous en avez plein les pattes, ou continuer à pied, si vous vous sentez à l'aise avec votre carte.

Voilà donc le fameux carrefour de Shibuya, le « Shibuya’s crossing », un passage piéton qui vous fera tourner la tête. Autour de vous, des grandes enseignes de mode ou de l'industrie technologique, l’immense gare de Shibuya, la statue du célèbre Hachiko, la foule de gens pressés qui traversent en trottinant…

Que faire à Shibuya ? Il y a tant de choses à voir qu’il vaut mieux prendre son temps pour ne pas en rater une miette. Pour apprécier d'autant plus le spectacle, installez-vous à l'étage du Starbucks, un macha latte à la main. Le spot est connu, il vous faudra peut-être attendre votre tour pour vous asseoir, mais rien que la vue vaut le coup. C'est un incontournable de votre visite de Tokyo.

Vous ne connaissez pas l’histoire du chien Hachiko ?
Fidèle parmi les plus fidèles, ce chien de race Akita attendait patiemment le retour de son maître à la gare de Shibuya, chaque jour entre 1923 et 1935. Son maître, un professeur d’université, mourrût tragiquement au travail. Hachiko continua à l’attendre tous les jours pendant 10 ans après la mort de ce dernier, jusqu’à mourir de maladie. Sa dépouille a été empaillée et est exposée au musée des sciences du parc d’Ueno (nous y reviendrons plus bas dans l’article). Son histoire a ému les Tokyïtes qui le croisaient à la gare et continue aujourd’hui a émouvoir les passagers du métro de Tokyo. Une statue à son effigie garde l’entrée de la gare de Shibuya. Sa triste destinée a inspiré de nombreuses oeuvres de fiction et on en trouve de nombreuses références dans la culture pop japonaise.

Explorez l’avenue principale et les ruelles environnantes du quartier de Shibuya. Faites un tour au Don Quijote, une espèce de grand bazar où vous trouverez tout et n'importe quoi, pénétrez dans le temple de la mode au Shibuya 109 et au 109 men's, perdez-vous dans les petites rues commerçantes pour trouver un bon restaurant japonais.

Le quartier de Shibuya se visite autant de jour que de nuit. Selon l'heure à laquelle s'achève cette journée, le soleil s'est couché et vous pourrez profiter des centaines de néons qui donnent au quartier une dimension fascinante. N'hésitez pas à trouver un moment dans votre voyage d'une semaine à Tokyo pour y revenir de jour (ou de nuit, selon) et découvrir Shibuya d'un autre angle.

passage piéton à shibuya
carrefour de shibuya carrefour à tokyo
croisement de shibuya
traversee de shibuya
statue de hachiko
street art à tokyo
mode japonaise
shibuya crossing
ville de tokyo
capitale nippone de nuit
magasin d’électronique
avenue de shibuya de nuit
quartier shibuya de nuit

Jour 3 : le quartier de Roppongi, Chiyoda et les jardins impériaux, Ginza

Marcher à Roppongi jusqu’au Zôjo-ji

En sortant de la station Roppongi,  marchez un peu en direction du quartier de Roppongi Hills pour y trouver la célèbre Roppongi Hills Mori Tower et la sculpture « Maman » de Louise Bourgeois. La haute tour abrite un musée d'art moderne et un observatoire à l'étage 52F (notre 51ème étage). Le droit d'entrée est de ¥1500 mais la vue sur la capitale est à couper le souffle. Si la météo est bonne, vous pourrez même atteindre la plateforme au sommet de la tour ! Vous trouvez le tarif hors de prix ? Sachez qu'une vue tout aussi belle est à votre disposition gratuitement au niveau de la bibliothèque, quelques étages en-dessous.

Si vous vous comptez dans les rangs des fans hardcore de Snoopy, vous trouverez un musée dédié à l'univers du petit chien non loin de la Mori Tower, face à l'ambassade des Philippines. En effet, Roppongi est le quartier des ambassades et c'est en se promenant parmi elles que vous atteindrez la tour de Toyko, votre prochaine destination.

Vous pouvez faire un détour et prendre la ligne Oedo (Toei) ou la ligne Hibiya (Tokyo Metro), mais nous vous conseillons plutôt de vous promener dans le quartier Roppongi, où règne une ambiance chic et calme, la tour de Tokyo en ligne de mire. Profitez de cette balade pour vous imprégner de la vie au Japon.

 

tour roppongi (roppongi tower)
sculpture maman dans le quartier de roppongi
vue sur la tokyo tower depuis roppongi
tokyo tower
tour de tokyo

 

La tour de Tokyo, construite sobrement sur le modèle de la tour Eiffel en 1958, est avant tout une antenne télé. Elle appartient à la NHK, grande entreprise qui gère le service public radio et télévisuel au Japon, leur France Télévision à eux. Un petit bout de Paris à Tokyo, en somme.

Mais la tour de Tokyo, c'est aussi un aquarium, un centre commercial, un parc à thème, un observatoire, des restaurants et, pour couronner le tout, elle est plus haute que notre tour Eiffel !

L'entrée de cette grande flèche orange est gratuite, ainsi que l'est l'accès au rez-de-chaussée mais les prix montent vite lorsqu'il s'agit de prendre de la hauteur. Il vous faudra débourser ¥900 par adulte pour profiter de l'observatoire, ¥1080 pour visiter l'aquarium et ¥2000 pour entrer au Tower One Piece theme park, cet étage réservé à l'univers du manga One Piece, avec show en supplément. Sympa vous êtes accro à l'oeuvre d'Eiichirô Oda, à ignorer si le nom ne vous dit rien. 

Vous pouvez acheter des tickets combinés ou profiter de la vue depuis les pieds de la tour et passer à autre chose. On ne vous force à rien.

D'autant pus que la suite est très intéressante et vous coûtera bien moins cher. En contre-bas de la tour de Tokyo, se trouve le Zôjô-ji, un superbe complexe de temples bouddhistes au milieu d'un parc. Certes, le site historique a souffert de l'histoire tumultueuse du Japon et a récemment été détruit lors de la Seconde Guerre mondiale, mais son allure imposante n'en est pas moins remarquable. Seul le grand portail qui ouvre sur la route, le Sangedatsu-mon, date du XVIIème siècle.

 

sanctuaire zojoji

Entouré de hauts buildings, le Zôjô-ji offre un moment de répit et de contemplation appréciable. Visiter Tokyo, c'est aussi ça : passer d'une ambiance moderne frénétique à un écrin de tranquillité et spiritualité. Vous pouvez entrer dans l'édifice à condition de vous déchausser et de ne pas interrompre une cérémonie en cours.

Explorez les environs et faites un tour du coté de l'allée des jizô, ces petits moines vêtus de bonnets de laine et de bavoirs. On peut trouver ça bien curieux à première vue, voire ridicule, mais ne vous laissez pas berner par leur étrange allure. Ces statuettes sont érigées à la mémoire des bébés et très jeunes enfants décédés : dans le bouddhisme, on pense que les âmes des bébés et fœtus se perdent dans les limbes et risquent d’errer jusqu'en enfer, il est donc important de leur attribuer un jizô afin de les conduire jusqu'aux cieux. Vous trouverez parfois des jouets posés auprès des jizô par des parents en quête de réconfort. La particularité de cette allée, au Zôjô-ji, c'est le nombre important de statuettes, chacune munie de son moulin à vent et ses quelques fleurs. Vous trouverez ces petites statues habillées partout lors de votre voyage au Japon et vous savez désormais à quoi elles correspondent. Émouvant, non ?

Après avoir essuyé votre larme, poursuivez vers le mausolée des Tokugawa, la grande lignée du shogun Tokugawa Ieyasu, l'une des trois figures principales de l'unification du Japon au XVème siècle. Une tranche d'histoire aussi épique que décisive. Vous l’aurez compris, le Zôjo-ji est un lieu incontournable de votre visite de Tokyo.

 

quartier zojoji jizo statuettes
zojoji statue
sanctuaire pour la paix
sanctuaire torii

Explorer Ginza

Prenez ensuite la ligne Mita (Toei) à la station Onarimon et descendez à l'arrêt Hibiya. Faites un tour dans le parc d'Hibiya et traversez jusqu'au pont de Seimon, que vous ne pourrez pas franchir. Au-delà, se trouvent l'administration, le palais impérial et les ruines du château d'Edo, ancien nom de la capitale du Japon. Une promenade sur cet îlot de verdure, insolite lieu de vie de l'empereur, est une pause agréable sur votre circuits au cœur des gratte-ciel et l’utlra-modernisme de Tokyo. Prenez le temps de contempler la diversité architecturale qui vous entoure et le lien étroit entre passé et présent. Si vous avez le temps, vous pouvez en faire tout le tour complet.

C'est la dernière étape de votre journée et elle vous emmènera au quartier de Ginza et sur l'avenue Chuo-dôri, haut lieu du luxe et du shopping à Tokyo. La taille démesurée des magasin, qui s'étendent sur plusieurs étages, vous forcera à vous tordre le cou pour les voir en entier. Vuitton, Prada, Abercrombie & Fitch, mais aussi Gap, Zara et Uniqlo, les grandes marques côtoient les plus petites et la diversité des boutiques est étonnante. Vous voulez faire du shopping ? C’est le quartier qu’il vous faut.

Le quartier abrite également des enseignes plus traditionnelles, comme des boutiques de papier japonais aux motifs délicats, ou encore des théâtres renommés de kabuki et de Takarazuka. Si vous souhaitez vous laisser tenter par une expérience inédite de théâtre japonais, vous pouvez y réserver votre place. 

Comme Shibuya, le quartier de Ginza revêt un costume de lumière à la nuit tombée et les néons qui se reflètent sur les devantures donnent de la couleur au quartier. Visiter Tokyo de nuit révèle une autre face de la capitale japonaise et c'est quelque chose à voir dans votre semaine sur place. Sachez également que l'avenue est fermée à la circulation le dimanche et devient exclusivement piétonne. C'est d'autant plus agréable de s'y promener et les magasins, eux, sont ouverts.

 

palais imperial hibiya
rue commerciale du quartier de ginza
les pubs sur les batiments du quartier de ginza
grande avenue dans le quartier de ginza
magasin uniqlo dans le quartier de ginza
magasin l’occitane dans à ginza

Jour 4 : Le musée Ghibli, Tokyo Dome City et ses alentours, le quartier d'Asakusa

Le musée Ghibli : réserver son billet y aller

En ce quatrième jour, on s'échappe un peu de l'énergique Tokyo pour se rendre à Mitaka, dans la banlieue de la capitale, et visiter le musée Ghibli. Si vous êtes connaisseur du travail de Miyazaki et Takahata, c'est une étape obligatoire de votre visite de Tokyo. Le problème, c'est que le musée n'est pas bien grand et clairement disproportionné compte tenu du succès international des studios Ghibli.

Il est donc indispensable de réserver sa place, puisqu'un horaire de visite vous sera imposé. Vous pouvez réserver vos places en ligne depuis la France sur le site de l'agence Keikaku. En comptant des frais d'agence et la conversion du yen à l'euro, un billet adulte vous reviendra à environ 20€ (prix variable). Sachez que les billets sont mis à la vente 3 mois à l'avance et qu'ils partent très vite ! *

parc kichijoji

Si vous n'avez pas la chance de pouvoir en commander en ligne, vous pourrez toujours tenter le coup dans la chaîne de kombini Lawson, dès votre arrivée au Japon. Des bornes sont à votre disposition à l'intérieur de ces supérettes. N’hésitez pas à demander de l'aide aux employés si le fonctionnement de la machine vous semble obscur ! En achetant vos billets sur place, vous paierez moins cher, puisque le billet coûte ¥1000 par adulte.

Une fois votre billet en poche, empruntez la Chuo Main Line pour vous rendre au musée Ghibli. Si vous êtes l'heureux détenteur d'un Japan Rail Pass pour voyager au Japon, vous n'aurez pas à payer pour ce trajet, votre pass vous en donne le libre l'accès. Descendez à la gare de Kichijôji et  traversez le parc d'Inokashira, dans lequel se trouve le musée.

Vous trouverez sur votre route pas mal de jolies boutiques et magasins sympas, ainsi que de bons restaurants. Il y aura également beaucoup moins de touristes, ce qui n'est pas plus mal, n'est-ce pas ? Profitez-en pour faire un tour autour de l'étang d'Inokashira et dans le joli parc qui le borde. Vous trouverez un temple bouddhiste ainsi qu'un petit sanctuaire dédié à Benzainten, divinité des arts et de la musique. Une jolie promenade à faire après ou avant votre visite au musée Ghibli

* depuis le 26 mars 2018, il n'est plus possible d'acheter un billet unique pour visiter le musée Ghibli via l'agence JTB. Seul un package est disponible : pensez-y, selon votre programme, vous pourriez faire de belles économies.

Quant au musée, il n'est certes pas bien grand mais il regorge de pièces plus jolies les unes que les autres. Vous y trouverez des maquettes, des dessins originaux, des animations, des films exclusifs réservés aux visiteurs du musée, la boutique (évidemment), un café et une exposition temporaire sur l'univers des studios Ghibli. N'oubliez pas de monter sur le toit du musée où vous attend l'un des robots protecteur de Laputa, le château dans le ciel. Bref, si vous êtes un fan du maître Miyazaki, vous ne manquerez pas de fondre devant ce musée. La visite ne dure pas très longtemps mais laissez-vous prendre par la main par le gros Totoro qui vous attend à l'entrée et libérerez votre âme de rêveur. Un beau voyage vous attend, c'est garanti. Si vous voyagez avec des enfants, vous ne pouvez pas faire mieux, voilà une dose de féerie bienvenue avant de repartir explorer la ville.

 

sanctuaire benten dans le parc de kichijoji
le parc kichijoji en hiver sous la neige
entrée du musée ghibli avec une statue totoro
panneau vers le musée ghibli mitaka
statue du robot laputa au musée ghibli

Le Tokyo Dome, temple de l’amusement

De retour à Tokyo, faites un arrêt au Tokyo Dome, dans le quartier de Bunkyô, en prenant la Chuo Main line jusqu'à à la gare de Suidôbashi. De là, traversez la rivière Kanda et vous atteindrez Tokyo Dome City, un endroit étrange où se mêlent centre commercial, parc de loisirs et jardin japonais. Vous changerez littéralement d'univers !

Le Tokyo Dome est LE stade de Tokyo, où jouent les Yomiuri Giants, l'équipe de baseball de la capitale, mais c'est aussi là que se produisent les spectacles des plus grandes stars de la chanson. C'est autour de cette gigantesque construction que l'on trouve un complexe moderne de loisirs et d'activités diverses. Vous pourrez y voir (et même essayer pour ¥1030, si le cœur vous en dit) le Thunder Dolphin, une montagne russe impressionnante qui traverse le centre commercial et la grande roue posée là. En plein Tokyo, c'est assez dingue pour vouloir y jeter un œil !

Vous pourrez également profiter de LaQua, un centre de spa de type onsen, qui tire ses bienfaits des sources d'eau chaude à quelques 1700 mètres sous terre. Au rez-de chaussée, vous trouverez un Jump Shop et un Sega store, qui sauront ravir les amateurs de mangas et jeux vidéos parmi vous. Vous l'aurez remarqué, visiter Tokyo est épuisant : pourquoi ne pas boire un verre et faire la fête au TGI Friday (« Thanks god it's friday ») pour vous remettre de toute cette animation ?

Certes, au Tokyo Dome, on est loin de l’ambiance traditionnel japonaise, mais voilà une facette du Japon qu’il est indispensable de découvrir en voyage au pays du soleil levant.

À l'arrière du Tokyo Dome, vous trouverez le Koishikawa Kôraku-en, un joli jardin japonais dans lequel il est très agréable de se promener. Vous y croiserez quelques sanctuaires, lanternes, mémoriaux, pavillons et statues. Une bien jolie manière d'achever cette journée.  

l’intérieur d’un magasin japonais
une pagode dans le quartier de asakusa
taxi japonais dans une rue

JOUR 5 : le marché au poisson de Tsukiji, le quartier de Nippori et le parc d'Ueno

Le marché au poisson de Tsukiji

Cette cinquième journée démarre sur les starting-blocks par une visite du marché de Tsukiji, le plus grand marché aux poissons du monde. Les arrêts de métro les plus proches sont Tsukiji, sur la Hibiya Line, et Tsukijishijô, sur la Oedo line. 

Si les relents de mer ne vous dérangent pas de bon matin, vous passerez un bon moment à déambuler parmi les étalages. Si vous aimez le poisson cru, même au petit-déjeuner, faites-vous le plaisir de manger des sushi et sashimi dans l'un des petits restaurants japonais autour du marché, pour du poisson au top de sa fraîcheur. Un vrai délice et un petit luxe, mais une expérience unique. Un passage au marché au poisson de Tsukiji est un moment insolite dans votre semaine à Tokyo.

Pour une visite optimale, évitez de porter des chaussures à semelles plates, qui pourraient vous faire glisser (pensez au sol d'un rayon poissonnerie de supermarché !), ne gênez pas ceux qui y travaillent et restez discret. Depuis quelques années, les visiteurs ne sont plus acceptés avant 10 heures du matin, afin de ne pas déranger les travailleurs sur place. Il faut dire que le hangar qui abrite le grand marché est plein à craquer et il est difficile de se croiser dans les allées. Devant la recrudescence de curieux, il a fallu prendre des dispositions. 

Vous pouvez accéder à la salle des enchères par petits groupes de visiteurs mais il est interdit de prendre en photo les poissons au flash. Il semblerait par ailleurs que le règlement sur les photos se soit quelque peu raidit et qu'on ne puisse plus photographier l'intérieur du marché. Informations susceptibles de changer, à vérifier sur place.

Attention !
Remis sur le tapis dans le cadre des Jeux Olympiques de 2020, le projet de déménagement du marché à Toyosu, lancé depuis 2001 et initialement prévu en 2016, a été reporté à l'automne 2018. Ce retard, provoqué par des conflits politiques et des problèmes sanitaires, démontre l'instabilité de ce projet. Renseignez-vous avant de vous rendre au marché aux poissons de Tsukiji !
le marché de poissons de tsukiji
les étales de poissons du marché de tsukiji
l’intérieur du marché aux poissons de tsukiji
caisses de poissons frais au marché
vendeur de poisson
temple tsukiji honganji

En repartant du Tsukiji market, jetez un œil au Tsukiji Hongan-ji, un majestueux temple bouddhiste qui vaut bien le détour.

Partez ensuite en direction de Hamarikyu, un jardin japonais particulièrement beau. Là encore, vous pourrez prendre le temps de déambuler dans tout le parc et d'admirer les buildings qui se reflètent dans l'eau des bassins. Les parterres de colza forment un tapis jaune splendide et la maison de thé, au bord de l'étang, contraste remarquablement avec les grands immeubles modernes autour du parc. Une petite pause bien méritée avant de reprendre votre périple au-travers de Tokyo.

 S’aventurer dans le quartier de Nippori

La journée se poursuit. Nous vous invitons à vous rendre à la gare de Hamamatsuchô, non loin de là, et à emprunter la Yamanote line, que vous n'aurez pas besoin de payer si vous possédez le JR Pass. Partez en direction de la gare de Nippori, à 20 minutes de là et enfoncez-vous dans ce vieux quartier qui, à première vue, n'a rien de particulier. Ni touristique, ni particulièrement joli, pourquoi donc prendre le temps d’aller le visiter ? Parce que c'est pourtant là que vous trouverez une multitude de magasins de tissus japonais, tous plus beaux les uns que les autres et de bonne qualité. De nombreux créateurs français font venir leurs tissus de chez Tomato, le roi du tissu japonais.

Vous n'êtes pas vraiment féru de couture et vous vous en fichez pas mal, du tissu ? Attendez la suite. C'est aussi là que vous trouverez de petites boutiques de kimono à des prix défiants toute concurrence. Voilà qui devrait vous parler ! Si le kimono fait partie des cadeaux ou des souvenirs que tout voyageur veut ramener dans sa valise, il se trouve vite confronté à une réalité : les beaux kimonos sont très chers, les kimonos moins chers sont très moches. C'est à Nippori que vous trouverez le bon compromis ! Un détour agréable et insolite dans votre semaine à Tokyo, qui vous éloignera des quartiers touristiques et pris d'assaut.

tissu nippori

 Ueno et son parc

Il est ensuite temps de remonter dans la Yamanote et d'aller jusqu'à la gare d'Ueno, d'ou vous atteindrez le parc. Vous pouvez également partir à pied par l'arrière de la gare, traverser le cimetière et viser l'Université d'art de Tokyo pour entrer dans le parc d'Ueno, par l'autre côté, en une quinzaine de minutes. 

Selon votre humeur et votre envie, vous pouvez visiter le musée national de Tokyo, le plus ancien musée de la ville, qui abrite un un héritage culturel et artistique important. Le musée des sciences constitue également un bon moyen de s'occuper si la météo est d'humeur boudeuse pendant votre voyage au Japon (c’est là que vous verrez Hachiko en vrai, vous vous souvenez ? On en parlait au passage sur Shibuya)

Nous ne sommes pas de grands défenseurs des zoos, nous recommandons rarement d'en visiter et le zoo d'Ueno ne fait pas exception. Mondialement connu pour avoir réussi à faire naître un panda en captivité, il attire foule de curieux qui se pressent pour voir les animaux. N'y allez que si vous avez beaucoup de temps devant vous et que vous ne voulez ABSOLUMENT pas rater ça. Sinon, passez votre chemin. Il y a bien mieux à faire !

Prenez plutôt le temps de vous promener dans le parc d'Ueno. Il renferme quelques trésors cachés qu'il vous faudra découvrir au fil de votre visite. Achevez cette promenade par une marche autour de l'étang de Shinobazu, où vous pourrez même louer une barque ou, comble du kitsch, un bateau en forme de cygne. Si romantique !

En hiver, quand les nénuphars sèchent, c'est moins romantique.

parc ueno
sanctuaire dans le parc de ueno
flamme d’hiroshima dans le parc de ueno
sanctuaire japonais dans le parc de Ueno
entrée du parc ueno torii
sanctuaire enneigé dans le parc de Ueno
escaliers menant au sanctuaire du parc de Ueno
bassin shinobazu dans le parc de Ueno
sanctuaire près de l’étang shinobazu
oiseaux mangeant dans la main d’un passant dans le parc
mouettes en vol au dessus de l’étang
chat roux à l’affût

Jour 6 : le musée d'Edo-Tokyo, le musée Sumida Hokusai, Kappabashi-dôri et la Tokyo Skytree au quartier d'Asakusa

Autour d’Asakusa et ses musées

Si vous aimez les musées, voilà un petit détour par l'autre rive de la Sumida qui devrait vous plaire. Prenez la Oedo line (Toei) et descendez à la station Ryogoku. Là, vous vous trouverez au pied du musée d'Edo-Tokyo, un grand musée sur l'histoire de la ville et son évolution. Maquettes, reconstituion de boutiques avec sol en tatami et costumes traditionnels font voyager le visiteur dans l’ancienne Edo et un Japon d’avant-guerre. Intéressant et ludique, il ne coûte que ¥600 par adulte. Idéal si le temps se gâte ou si vous en avez plein les pattes d’explorer Tokyo en déambulant. 

Vous noterez la forme particulière du Ryôgoku Kokugikan, le stade national de sumo, juste à côté du musée. 

Le deuxième musée que nous vous recommandons a ouvert ses portes en novembre 2016 et connait déjà un succès fulgurant. Il faut dire que le musée Sumida Hokusai consacre tout son espace à l' œuvre de Hokusai, certainement le plus grand artiste du Japon d'Edo et le plus connu à l'international. Vous trouverez plus de 1500 œuvres, dans la collection permanente mais également une exposition temporaire.

Nous voilà bien loin du style vieillot et poussiéreux attaché au mot « musée » : le bâtiment de couleur aluminium et au look ultra-moderne saura vous séduire au premier regard. L'entrée ne coûte que ¥400 par adulte, vous n'avez donc aucune excuse pour ne pas y aller. Profitez de votre semaine pour découvrir le travail de ce monstre de l'art japonais !

ville miniature dans le musée d’edo-tokyo
reconstitution de scène de vie dans le musée d’Edo
le quartier de asakusa le matin

Kappabashi-dôri, la rue de la cuisine à Tokyo

Revenez ensuite vers le quartier d'Asakusa, à pied ou en métro (le plus simple et le plus court étant de marcher une vingtaine de minutes). Visez la Kaminarimon-dôri, cette grande avenue où se trouve le portail Kaminarimon, et traversez-la jusqu'au croisement avec la Kokusai-dôri. Vous ne pouvez pas vous tromper, puisque c'est le bout de l'avenue. Là, prenez l'avenue qui longe le musée du tambour, jusqu'à arriver à Kappabashi-dôri, votre destination. Le plus simple est de vous munir d'un bon plan de la ville pour aller droit au but !

Cette grande avenue un peu austère n'a l'air de rien ? Vous vous trouvez pourtant dans le quartier de la cuisine, où les restaurateurs viennent acheter leur matériel. Et alors ? Et alors, regardez autour de vous, entrez dans les magasins et admirez. Si vous souhaitez sillonner Tokyo hors des sentiers battus et découvrir des coins insolites, vous êtes à bon port ! Les touristes étrangers s’y rendent rarement et on trouve à Kappabashi-dôri une âme authentique.

Vous trouverez des coutelleries dont la technique de fabrication remonte à des temps immémoriaux (pourquoi ne pas ramener un vrai santoku en souvenir ?), des boutiques de céramique qui vendent de la vaisselle magnifique, mais surtout, des dizaines de créateurs de plats en plastique, ces fameux plats que vous avez croisés dans la vitrine de tous les restaurants. Vous pouvez acheter un bol de ramen à exposer chez vous, si vos finances vous le permettent ! Sinon, contentez-vous d'un appétissant sushi à la crevette pour quelques yens, à aimanter sur votre frigo. Voilà un chouette souvenir de votre semaine à Tokyo !

Le long de l'avenue, vous trouverez de petits stands ambulants qui vendent karaage et autres tebasaki, des ailes de poulets caramélisées saupoudrées au sésame. Un délice qui ne fera guère augmenter votre budget nourriture.

Ce quartier recèle de trésors et de curiosités, que vous soyez bon cuisinier ou pas. Bien en-dehors des circuits touristiques, vous trouverez à Kappabashi une saveur particulière, loin de effervescence de la capitale qui ne dort jamais.

le quartier de la cuisine : kappabashi
plats en plastique dans une vitrine à kappabashi
la tour tokyo skytree

La Tokyo Skytree : à visiter ou à éviter ?

Une fois dans les parages, pourquoi ne pas faire un tour à la Tokyo Skytree ? Cette grande tour que l'on aperçoit de l'autre côté de la Sumida est ouverte de jour et de nuit, jusqu'à 22h.

Construite en 2012, c'est la seconde tour la plus haute du monde, avec une hauteur de 634 mètres de haut, rien que ça. Vouée à la diffusion des programmes de radio et de télévision, la Skytree propose également le point de vue le plus élevé sur le centre ville, depuis deux observatoires.

Le prix d'un tel panorama n'est toutefois pas donné : vous devrez débourser ¥2060 par adulte pour atteindre le premier point de vue et y ajouter ¥1030 pour profiter de la galerie panoramique, plus haute encore. L'expérience coûte son petit prix mais vous vous trouverez à 450 mètres au-dessus de Tokyo, dans la plus haute tour du Japon. 

Le point noir de cette visite, c'est le monde : parmi les lieux touristiques préférés des visiteurs, la tour se place dans le trio de tête et par conséquent, l’observatoire est constamment bondé. Vous risquez de faire la queue de longues minutes, voire de longues heures selon l'heure à laquelle vous planifiez votre visite de la Skytree. Il est recommandé d'y aller dès 8 heures du matin, mais attendez-vous à tout de même devoir patienter. Nous vous conseillons de reporter votre visite si la météo laisse à désirer, l'idéal étant un ciel dégagé et un beau soleil.

le quartier d’asakusa au matin sous neige

Jour 7 : Odaiba ou quartier libre !

En ce dernier jour à Tokyo, pourquoi ne pas prendre le temps de revenir sur l'un des lieux qui vous a plu ? Ou d'aller à un endroit que vous avez raté ? Prenez le temps de digérer ces 6 jours intenses et de planifier la suite de votre voyage.

Passer la journée à Odaiba

Traversez le Rainbow Bridge et vous vous trouverez à Odaiba, île artificielle dédiée à l’amusement. On y rencontre notamment un parc à thème Legoland, dans lequel vous ne pourrez entrer qu'accompagné d'un enfant puisqu'il est essentiellement tourner vers l'amusement de nos chers bambins. Vous pourrez boire un coup au Gundam Café pour admirer la grande statue à l'entrée (pour les connaisseurs) ou encore vous éclater à Joypolis, un parc d'attraction pour les plus foufous d'entre vous qui en veulent toujours plus.

À Odaiba, vous pourrez même enfiler votre maillot de bain, aller piquer une tête dans la baie de Tokyo ou faire bronzette le long d'Odaiba sea-side park. De longues promenades et zones piétonnes permettent de sillonner l'île artificielle. Ainsi, en longeant le bord de mer, vous tomberez sur une statue de la liberté égarée. Et pourquoi pas ?

la vue sur la baie depuis le quartier odaiba
statue odaiba gundam

C’est la fin de notre circuit à Tokyo et il est temps de prendre le Shinkansen et de partir découvrir le Japon ! Visiter Kyôto, faire l'ascension du Mont Fuji, découvrir Hiroshima et l'île de Miyajima, Osaka ou Nagoya, le choix est large. 

Explorer Tokyo, c'est loin d'être de tout repos mais la semaine passée dans la mégalopole vous aura plongée au cœur de ce qui fait le Japon. Une ambiguïté déstabilisante, un mélange de culture explosif et une immensité désarmante. Tokyo fait partie de ces villes tentaculaires qui dégagent une telle puissance que les millions de personnes qui y fourmillent s'y sentent à la fois écrasées et protégées. Ces villes qui éveillent mille interrogations sans y répondre, éternellement fascinantes. Dépaysement total. S’y balader est un vrai plaisir, s’en éloigner un peu pour découvrir des contrées plus calmes n’est pas mal non plus.

Racontez-nous : qu'avez-vous préféré lors de votre semaine à Tokyo ? Quel a été votre coup de cœur ? Quels sont vos plans pour la suite ? Laissez un commentaire !

 

 

Vous avez aimé notre article ?

Partagez-le !  C'est une façon simple de nous soutenir et (qui sait ?) d'entraîner vos amis vers une nouvelle aventure.

 
 
 

 
 

 

Envie d'en voir plus ? Rejoignez-nous sur les réseaux sociaux !

1 abonnement = 1 coup de pouce !